» ACTIVITES DU RESEAU » Les outils d’évaluation et d’amélioration de la qualité » La procédure de gestion des risques de RHEOP
 
ACTIVITES DU RESEAU
Les outils d’évaluation et d’amélioration de la qualité

 
 

La procédure de gestion des risques de RHEOP

 

SIGNALEMENT d’un RISQUE

- Objectif

Etre capable de repérer les incidents et accidents qui auraient pu être évités, et mettre en oeuvre les conditions pour diminuer le risque qu’ils se reproduisent.

- Justification

Le signalement de tout incident ou accident est un acte POSITIF, essentiel pour l’amélioration de la sécurité et de la qualité des soins. En effet, une action correctrice dans un but de prévention peut s’avérer nécessaire à la suite :

  • soit d’un seul incident ou accident : événement sentinelle ;
  • soit de l’accumulation d’événements successifs, chacun d’entre eux pouvant sembler anodin.

Le signalement n’est pas une dénonciation, c’est le signe d’un sens de la responsabilité individuelle et collective.

- Quels événements doit-on signaler ?

Tout incident ou accident indésirable et inattendu survenant dans le cadre de l’activité hospitalière :

  • Actes thérapeutiques  : retard de prise en charge, retard ou non réalisation du soin, interprétation incorrecte (test, examen..), mauvaise prise en charge de la douleur, prescription inadéquate, administration erronée (produit), non respect du jeûne, inexactitude du tableau de garde, non disponibilité du personnel, problème de cathéter (pose, matériel…)…
  • Actes diagnostiques  : anomalies d’acheminement des résultats…
  • Blessures et accidents (patient, personnel et visiteurs) : projection de liquide biologique, contact liquide dangereux, inhalation de produits toxiques, brûlures, blessures, coupures, fractures, chute …
  • Problèmes liés au séjour du patient : durée d’attente trop longue, manque de place, durée du séjour inadaptée, prise en charge inadéquate, perte ou dommages d’objets personnels, perte de prothèses, fugue, intimité du patient non préservée, défaut de surveillance du patient, chute du patient, malade infectieux mal isolé, conflit patient/ personnel…
  • Problèmes liés à la vie hospitalière  : problème de téléphone, de télévision, de repas (non conforme à la prescription, qualité , horaire), de linge, de matériel, d’hygiène des locaux, de stationnement gênant, d’insécurité, de surcharge de travail, de manque de personnel…
  • Problèmes techniques  : problème électrique, climatisation, plomberie, chauffage, téléphone, ascenseurs, mauvaise signalétique, sols et revêtements, obstruction issues et accès, protection incendie, bâtiments, inondation, chaussée… problèmes mobiliers (mauvais état), appareils électroménagers, non disponibilité du personnel technique…
  • Problèmes de transport  : véhicules hôpital, véhicules SAMU, ambulances extérieures, taxis, problème d’accès de véhicule, utilisation de véhicule non autorisé, produit manquant, produit reçu non conforme, horaire de livraison incorrect, rupture de chaîne du froid, non respect de l ’hygiène du transport, rangement incorrect…
  • Problèmes d’information et de communication  : erreur d’identification du patient, accueil inadapté, mauvaise orientation, défaut d’information, défaut de consentement, refus de soins par le patient, défaut de transmission de résultats, sortie contre avis médical, défaut de coordination interservice, dossier médical perdu, dossier médical incomplet, livret d’accueil non distribué…
  • Dysfonctionnements des systèmes d’information  : doublons d’identité, pannes, non accès aux serveurs…
  • Problèmes liés à l’environnement  : nuisance par mauvaise qualité de l’air ou de l’eau, nuisance sonore, nuisance en raison de déchets, incendie, présence d’animaux ou insectes indésirables, nuisances occasionnées par des travaux…
  • Problèmes liés à malveillance  : vols commis sur les patients, les personnels ou les visiteurs, agression à l’encontre des patients, personnels ou visiteurs, vol ou détérioration de véhicules…..

NB : les incidents et accidents spécifiques (vigilances, accidents d’exposition au sang) ne relèvent pas de cette procédure mais de procédures spécifiques :

- Qui doit déclarer ?

Tout membre du personnel hospitalier , quels que soit son statut, son grade et sa fonction.

- Comment déclarer ?

1. se procurer une fiche de signalement  :

  • disponible dans chaque unité de soin et au secrétariat ;

2. la renseigner .

2. mettre cette fiche dans la boîte ad hoc située dans chaque unité de soins et au secrétariat

- Suites du signalement

Les fiches sont analysées par les cadres infirmiers et le chef de service qui :

  • repèrent les événements qui méritent une réaction spécifique au niveau du service et engagent la réflexion nécessaire avec les acteurs ;
  • transmettent les fiches à la direction de l’hôpital en conformité avec les procédures générales de l’institution ;
  • tiennent le registre des signalements et des actions qu’ils ont provoquées ; ces résultats sont tenus à jour sur le présent site internet.
 
 
Publié le mardi 22 décembre 2009
Mis à jour le vendredi 22 mars 2013

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le jeudi 30 juin 2005 par Pierre REYES
Mis à jour le vendredi 22 mars 2013
 
Publié le jeudi 30 juin 2005 par Pierre REYES
Mis à jour le vendredi 22 mars 2013
 

 
Accueil     |    Syndication     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le jeudi 21 septembre 2017